onde nos leva a arte

domingo, 3 de janeiro de 2010

Baisers Volés (closing scene)

SERGE ROUSSEAU à CLAUDE JADE:

"Mademoiselle,

je sais que je ne suis pas un inconnu pour vous.
Pendant longtemps je vous ai observée sans que vous vous en rendiez compte.
Mais depuis quelques jours je ne cherche même plus à me cacher.
Et maintenant je sais que le moment est venu.

Voilà. Avant de vous rencontrer je n'avais jamais aimé personne.
Je hais le provisoire. Je connais bien la vie. Je sais que tout le monde trahit tout le monde.
Mais entre nous ça sera différent. Nous serons un exemple. Nous ne nous quitterons jamais, pas même une heure.

Je ne travaille pas, je n'ai aucune obligation dans la vie.
Vous serez ma seule préoccupation.

Je comprends. Je comprends que tout cela est trop soudain, pour que vous disiez oui tout de suite, et que vous désirez d'abord rompre des liens provisoires qui vous attachent à des personnes provisoires.
Moi je suis définitif.

Je suis très heureux."

Claude Jade à Jean-Pierre Léaud:

il est complètement fou, ce type-là.

Jean-Pierre Léaud:

oui oui, sûrement.

Baisers volés, François Truffaut

3 comentários:

debbie harry disse...

Do filme de François Truffaut, Baiser Volés, ciclo L'Amour À Vingt Ans, cena final (1968).

ameixa seca disse...

Intenso :)

debbie harry disse...

No mínimo. E agora tens a caixa com os 3 filmes e duas curtas por 30 euros na fnac, o que é bastante apelativo, diga-se de passagem. Vale a pena conhecer mais.
Beijo*